La fracture numérique à la Une de Que Choisir

Publication de l’Union Fédérale des Consommateurs, le mensuel Que choisir consacre son dossier du mois à l’exclusion numérique notamment au moment où la dématérialisation concerne de plus en plus nos démarches administratives.

Les écarts se creusent

L’enquête fournie démontre que non seulement nous sommes nombreux, de tous âges à ne pas pouvoir maîtriser les bases de l’informatique mais souligne que certaines personnes n’accèdent plus aux services publics.

Cela peut être une difficulté notamment pour faire valoir ses droits ou bénéficier des aides sociales.

On note des problèmes d’équipement, de connexion ou de compréhension et utilisation des services en ligne.

Nota : au moment du confinement, en charge d’un secteur d’enseignement et alors qu’il fallait organiser « la classe à la maison », nous avions pu noter que des familles ne disposaient d’un accès à l’Internet que par un smartphone et d’autres rencontraient des difficultés conséquentes pour s’orienter dans les espaces proposés en ligne.

Les solutions existent mais sont insuffisantes

L’enquête de Que Choisir présente différentes solutions souvent portées par les associations ou les collectivités locales. Elles vont de la formation des personnes à des aides pour s’équiper. Des médiateurs ou conseillers numériques peuvent être rencontrés.

Le mensuel rappelle que certaines zones en France sont très touchées. L’illectronisme est un fléau au même titre que l’illettrisme.

Et l’école dans tout ça ?

L’article n’évoque pas l’amont mais il est vrai que l’on pourrait imaginer que l’école enseigne de façon plus résolue l’usage raisonné du numérique y compris la façon d’utiliser les « guichets » virtuels des différentes administrations : savoir renseigner un profil, compléter un dossier, lire et comprendre les informations, valider une requête, sauvegarder ses données et s’assurer du bon suivi d’un dossier sont des compétences qui font que chaque citoyen devient un « secrétaire numérique » .

D’autres idées

On pourrait d’ailleurs imaginer que chaque français dispose d’une adresse mail et d’un espace personnel sécurisé, qu’il puisse gérer et sauvegarder ses données en contrôlant mieux qui y fait quoi. Bien sût se pose vite le problème de la confidentialité.

De jeunes collégiens sont équipés de machines. Le droit à l’équipement, à la connexion, la possibilité de développer des points de rencontre numériques et coopératifs sur le territoire pourraient aussi aider…