Petit point d’étape à propos de WordPress 5.9.1

Après quelques semaines, WordPress est déjà passé à la version 5.9.1 . Dans la foulée, son thème phare Twenty Twenty-two vient également de se mettre à jour. Rappelons que ce sont des outils « open source et gratuits ».

Numérilibre est conçu en les utilisant.

S’approprier la logique du « full site editing » (FSE).

Il n’y a pour l’heure qu’une petite cinquantaine de thèmes libres répondant au FSE.

Rappelons qu’il s’agit de pouvoir éditer son site en manipulant des blocs préconfigurés, en personnalisant le thème de base et en jouant avec des styles.

On conseillera de ne pas travailler en direct mais sur une « préproduction » . Un fournisseur comme 02Switch permet de répliquer aisément son site pour le bricoler et observer ce qu’il se passe avant de le finaliser et mettre en ligne la nouvelle version.

Le thème Twenty Twenty-Two n’est pas toujours aisé à transposer sur un site qui fonctionnait avec un autre thème. Nous utilisions Twenty Twenty-One avec Twentig mais cette extension a été retirée avec le nouveau thème engendrant des soucis.

Avant d’agir également sur la page, il faut aller regarder du côté des modèles proposés : la page d’accueil, l’index, les articles uniques notamment.

Si on est tenté d’agir directement sur la page, ce qui peut se faire, il faut aussi se repérer avec l’icône en haut à gauche qui permet de passer de bloc en bloc avec une vision en lignes , la roue dentée sur la droite permet d’ajuster les valeurs (tant la typographie, les couleurs, que le type de bloc…).

Ceux qui connaissent les blocs Gutenberg s’y retrouveront aisément. Mon expérience antérieure avec le thème Astra m’a certainement aidé.

On a la main, beaucoup plus qu’avec un thème classique. C’est assez addictif et amusant même si parfois on peut être déçu du résultat ou d’une banque de modèles, par exemple pour les compositions, qui pourra s’enrichir.

Il faut être doué en motricité fine !

Une fois que l’on a compris que les menus s’éditent à présent par le bloc « navigation », il faut savoir jouer de la souris pour enrichir et modifier ce menu. Il pourra être responsive au passage tout comme l’ensemble du site, c’est à dire qu’il pourra s’adapter aux différents formats d’écrans.

Il en va de même lorsqu’on veut saisir le code hexadécimal d’une couleur. Il faut cliquer trois fois… et ne pas se perdre entre les différents blocs.

On peut être surpris aussi du comportement de certains widgets ou blocs…

Cela demande attention permanente et bonne dextérité.

Je regrette pour ma part qu’on ne puisse par simple clic sur la ligne d’un bloc , en la saisissant comme une poignée, faire varier la hauteur de celui-ci. Ce serait intéressant pour le « header »ou le pied de page par exemple.

Encore une fois, il est important de contrôler ligne par ligne. Certaines peuvent se rajouter par un simple geste maladroit.

Des extensions qui toussent

Si certaines extensions ont bien été mises à jour, d’autres restent en rade et doivent être éliminées.

Je regrette par exemple que celle permettant de n’afficher l’image de tête que dans le blog ou les catégories et non l’article lui même soit inopérante.

Sur un autre de mes sites où j’ai tenté l’utilisation d’un autre thème FSE, les catégories dans leur page archive, ne fonctionnent pas.

Il faudra certainement faire preuve de patience.

J’avais déjà eu des déceptions avec JetPack. C’est pourtant un outil « maison » mis à jour régulièrement. Il n’aime pas LiteSpeed Cache mais les modules de partage et de statistiques faisaient n’importe quoi, notamment sur l’un des sites sous Twenty Twenty-One. Donc je l’ai abandonné.

Très bonne performance sous GT Métrix

Les sites avec WordPress 5.9 et les thèmes maisons sont très bien notés et situés en catégorie A (structure et performance) avec des notes entre 97 et 100 sur 100.

Twenty Twenty-Two permet donc de produire des sites légers.

WordPress 6 ?

On lit déjà que 2022 verra apparaître une nouvelle version encore plus intuitive. Derrière on aimerait que de nouveaux thèmes et surtout de nouvelles banques de modèles permettent d’enrichir les propositions.

Restera la difficulté pour des sites déjà construits avec d’autres thèmes de basculer sans trop de heurts vers la nouvelle logique.

En tout cas, il faut saluer le travail de tous ceux qui nous permettent ainsi d’éditer nos sites en essayant au passage de comprendre comment tout cela interagit.

Et vous ? Quel vécu avec WordPress 5.9 ? Je cherche toujours des personnes ayant produit un site avec Twenty Twenty-two …